Chocolat cru aux dattes Medjool

Ces derniers temps : j’ai consommé mon poids en oranges et en gingembre frais, j’ai dépensé 90 euros en trucs pour courir chez Décathlon,  j’ai lu le formidable The perks of being a wallflower et j’ai eu intensément envie d’écrire un roman sur l’adolescence, j’ai mangé du pourpier pour la première fois de ma vie (c’est hyper bon et plein d’omégas 3), j’ai commencé à chanter dans un groupe et trouvé que c’était la chose le plus excitante au monde, j’ai vu tous les X-Men (j’aime bien Magneto et Wolverine, et vous ?), j’ai acheté un petit bol jaune chez Emmaüs, et c’est devenu mon bol préféré.

Je ne suis pas allée courir une seule fois, je me suis rendue compte que je ne savais pas ce qu’était une BB Cream (à chaque fois j’ai la flemme de chercher) j’ai bu du jus pommes-céleri-gingembre et aimé ça malgré ma haine historique pour le céleri, j’ai remarqué qu’il n’existait presque aucun épisode de Friends dépourvu de blague homophobe, j’ai récupéré 1 kilo et demi d’incroyables dattes Medjool de chez ma mère en Israël, j’ai décidé de revoir Twister que j’avais bizarrement adoré en 1996 et ce n’était PAS une bonne idée (en plus je confonds toujours Helen Hunt et Jodie Foster)(et Nicolas Cage et Kevin Spacey), j’ai pris des billets d’Eurostar pour aller voir Louis CK à Londres en mars, je suis tombée amoureuse de Leonard Cohen et je me suis ensuite souvenue des paroles de Pennyroyal Tea de Nirvana : « Give me a Leonard Cohen afterworld so I can sigh eternally ».

Sinon : si vous souhaitez être de bonne humeur, allez voir ce tumblr de génie. Le jeu, c’est de retrouver Momo, le super chien, dans les trop jolies photos prises par Andrew Knapp (qui a un Instagram, aussi). C’est un Où est Charlie rigolo et mignon, si vous voulez.

Pour être de bonne humeur vous pouvez aussi faire du chocolat maison, cru, et sans sucre ajouté !
On lit pas mal de choses sur les bienfaits du cacao cru, et je ne sais pas trop sur quel pied danser. C’est a priori plus « santé » que le cacao torréfié vu qu’il n’a pas été chauffé à haute température. C’est plein d’antioxydants (mais bon, soyons honnêtes, il y a mille autres sources d’antioxydants, et c’est clairement pas pour ça qu’on en mange hein). Mais je trouve surtout ça super intéressant au niveau du goût, c’est très différent du chocolat « classique », beaucoup plus doux et subtil.
J’ai fait pas mal d’essais en variant les sucrants : sirop d’agave, sirop d’érable, sucre de coco (MIXEZ le en sucre glace avant, faites pas comme moi). Mais cette recette d’Elenore du chouette blog Earthsprout est ma préférée. Le sucrant est mon petit chouchou : les dattes Medjool (j’en profite, avec ma cargaison israélienne !), et la recette ne comporte que 3 ingrédients de base. Il faut certes les avoir, mais ça vaut le coup (et le coût, car ne le cachons pas, le cacao cru coûte une blinde).

Pour deux bonnes grosses tablettes (moi j’ai doublé, j’en ai eu 5) :
- 100 g de dattes Medjool (poids dénoyauté)
- 30 g de cacao en poudre cru
- 70 g  de beurre de cacao (la recette d’origine préconise 85 g)(vous pouvez aussi remplacer une partie du beurre de cacao par de l’huile de coco : j’ai essayé et MIAM)
Ensuite c’est customisable à souhait : vanille en poudre, sel non raffiné (mon choix = vanille + sel), piment séché, zestes d’orange, gingembre frais ou confit, fruits secs, fleurs séchées, huiles essentielles de votre choix…

Mais qui est donc ce comédien déguisé en Lego ? (fabriqué par Ak, ce petit génie)

C’est hyper simple :
- Coupez le beurre de cacao en tout petits morceaux, râpé, presque : plus ça sera petit, plus ça ira vite à fondre. Faites ça au bain-marie (il faut savoir que le beurre de cacao fond à environ 35°C). Remuez régulièrement. ATTENTION : à aucun moment le chocolat ne doit rentrer en contact avec de l’eau.
- Dans un robot à lame en S (ou votre blender, mais c’est plus chiant de tout récupérer après), mettez les dattes dénoyautées, le cacao, le sel, la vanille, et le beurre de cacao fondu.
- Ici vous avez deux choix :
Soit vous avez des moules à tablettes, auquel cas, c’est le moment de tout verser dedans.
Soit vous n’en avez pas, et dans ce cas, mettez tout dans un petit bol au frigo pour quelques minutes, le temps que ça épaississe. Quand vous pouvez le manipuler (former un boule molle avec les mains en gros, vous imaginez le truc), versez sur du papier sulfurisé et modelez 2 rectangles en pliant le papier autour.
- Laissez refroidir au frigo ou au congélateur si vous êtes pressés, et démoulez.
Goûtez :  WHOOO, MAMA !
- Je vous conseille de conserver vos chocolats au frigo (dans un récipient hermétiquement fermé, pour qu’ils absorbent pas les odeurs autour), ils ont tendance à ramollir un peu sinon.

PS : imaginez que ces chocolats sont en forme de cœur et ça fait une note de St Valentin !

Tarte crue aux pommes et aux mulberries

Mes pauvres, mes pauvres. J’ai créé un tumblr. Un tumblr de GIFS D’ANIMAUX MIGNONS. Maintenant je passe donc 93% de mes journées sur tumblr, à la recherche du gif parfait. Et oui, j’ai décidé que celui-ci était mignon.

Sinon, cette tarte, OH MON DIEU. Elle est complètement indécente. Elle se fait en 5 minutes, est composée à 100% de FRUITS et c’est une des meilleures choses que j’ai mangées dans ma vie. Sérieusement. Ça me révolte tellement c’est simple, sain et bon.

Pour une petite tarte (10 cm x 10 cm)(pour deux personnes, ça suffit largement, mais si vous êtes un petit glouton mangez tout) :

Pour le fond de tarte :
3 dattes medjool (environ 45 g poids dénoyauté)
35 g de mulberries (mûres blanches séchées au goût taré de miel, se trouvent sur internet ou en magasin bio – elles sont blindées de fer et de vitamine C, le duo gagnant pour bien assimiler le fer)

- Dans un robot avec une lame en S, mixez le tout jusqu’à ce que ça forme une pâte grossière. Étalez le mélange à la main dans une nonnette ou un petit moule – pourquoi pas deux empreintes à muffins (si vous voulez démouler, je vous conseille d’utiliser du papier sulfurisé qui dépasse sur les côtés pour soulever la tarte, une fois qu’elle est garnie).

Pour la garniture :
2 pommes (environ 140 g chacune, chez moi ; vous n’utiliserez qu’un quart de la deuxième pomme)
20 g  de mulberries ou de dattes, au choix, ou un mélange des deux (ou rien, si vous voulez une tarte pas trop sucrée)
Une  pincée de vanille en poudre
Une pincée de noix de coco râpée (facultatif)

- Coupez un quart de pomme en petits cubes. Répartissez les cubes sur le fond de tarte. Il faut qu’il y en ait partout.
- Mixez une pomme épluchée (si vous n’avez pas un blender puissant) et coupée en petits morceaux, les mulberries et la vanille jusqu’à ce que ça forme une compote plus ou moins lisse. Si il reste des tout petits morceaux ce n’est pas grave.
- Versez la compote sur les cubes de pommes. Saupoudrez de noix de coco râpée.
- Voilà !

Goûtez, pleurez de bonheur.

Compote pommes-kaki crue au kiwi et aux figues

Bonne année ♥

Voilà une recette que j’ADORE, et que je me fais tous les matins au petit dej en ce moment. J’ai presque honte d’appeler ça une recette tellement c’est simple à faire. Mais c’est tellement délicieux que je me suis dit que  si ça pouvait servir à quelqu’un, je serais bien contente. La compote est douce mais un peu acidulée grâce aux pommes, délicieusement parfumée au gingembre et à la vanille, le kiwi bien sucré et acide juste ce qu’il faut pour donner la pêche au tout, et avec les morceaux de figues tout moelleux avec les petits grains qui croquent, c’est honnêtement parfait.

D’ailleurs, à propos des compotes crues : je n’ai jamais été raide-dingue des compotes cuites, et depuis que je mixe mes fruits crus, je ne me vois pas UNE SECONDE retourner aux compotes cuites. Pour moi c’est le jour et la nuit, et si vous n’avez jamais essayé, je vous les recommande chaudement. Au niveau du goût je veux dire. Et en plus, c’est évidemment tout bénef par rapport aux vitamines que vous ne flinguez pas à la cuisson.

Pour un GROS bol de goinfre (moi) : 

2 pommes
1 kaki
1 mini bout de gingembre (une très très fine tranche suffit, vous ne voulez pas couvrir le goût des fruits)
1 pincée de vanille en poudre
1 kiwi
2 figues séchées

- Si votre blender est hyper puissant (Vitamix et compagnie), mettez dedans le kaki et les pommes sans prendre la peine de les épépiner/éplucher. Sinon selon sa puissance, épluchez (mon frère qui a un blender « normal » me dit que sans éplucher, on sent un peu la peau dans la bouche)(mais tentez ! ), épépinez, coupez en (tout) petits morceaux. Ajoutez le gingembre, la vanille, et blendez joyeusement, jusqu’à ce que la compote soit lisse. Si vous voyez que c’est difficile pour le blender, ajoutez un peu d’eau.
- Versez la dans un bol, coupez en morceaux le kiwi et les figues et ajoutez les par-dessus.
- Voilà.

Et comme je suis sympa, ohlala, mais qu’est-ce que c’est que ça ? Un DEUXIÈME gif ? Mais non, c’est impossible !

Sablés sans gluten à l’huile de coco et à la fleur de sel

Bonjour ! Avant tout, comme d’habitude, un gif mignon :

En ce moment, j’écoute Victoria des Kinks en boucle. J’ai envie de peindre un mur de mon salon en gris foncé et un mur de mon bureau en bleu profond. J’ai vu l’exposition Soutine à l’Orangerie, et du coup les Nymphéas de Monet (à couper le souffle) et ça m’a donné envie d’aller à Giverny. Je veux aussi partir en Chine (je veux voir les petits villages dans l’eau autour de Shanghaï et Huang Shan) et à Copenhague. Je pars à Prague dans deux semaines. Je peine à contenir ma trépignation en attendant la sortie du NOUVEL ALBUM DE EELS EN FÉVRIER.
Pour résumer :
- je veux faire des trucs.
- je trépigne.
Sinon vous saviez que le rôle de Marty McFly devait à l’origine être joué par un autre mec ?  C’était Eric Stoltz, le mec. Vous voyez qui c’est ? Non ? Exactement.  Il avait été choisi au casting, mais au bout de 5 semaines de tournage, le réalisateur a dit : mmmh rendons plutôt Michael J. Fox riche et célèbre à la place.

Holala les emporte-pièces Pacman ! 

Je crois qu’il y a pas tellement plus simple comme recette, même les plus pourris-de-la-cuisine d’entre vous peuvent la faire. Certes, il faut aimer la noix de coco, mais QUI sont les gens qui n’aiment pas ? (mon mec). Ils sont DÉLICIEUX. Hyper croustillants, sucrés juste ce qu’il faut, riches mais pas écoeurants.

Pour une bonne vingtaine de sablés : 

150 g de farine de riz complet
50 g de sucre de coco ou de canne blond
60 g d’huile de coco à température ambiante (figée, donc)
1 pincée de fleur de sel, ou du sel de votre choix
2 cuillères à soupe d’eau froide

- Préchauffez votre four à 180 degrés.
- Mélangez la farine, le sel et le sucre.
- Incorporez l’huile.
- Il y a de fortes chances que ça soit trop sec, donc ajoutez 1 cuillère à soupe d’eau à la fois jusqu’à ce que vous puissiez former avec vos mains une boule (friable, un peu, pas collante du tout, il faut que ça puisse à peine se tenir) avec la pâte.
- Étalez la pâte sur 2 ou 3 millimètres, découpez avec un emporte pièce ou un couteau, et disposez sur une plaque couverte de papier cuisson.
- Laissez cuire au four 12 minutes environ (ils doivent commencer à prendre quelques couleurs, pas trop, un peu, juste).
- Sortez du four, laissez refroidir sur la plaque (ne les touchez pas, il faut qu’ils durcissent).
- Goûtez quand c’est tiède  parce que vous ne pouvez pas attendre plus longtemps :  laissez tomber la CROUSTILLANCE.

Oui, ceci est une photo Yogi Tea ringarde, laissez-moi tranquille.

Soupe au chou vert et au chou fleur, à la coriandre et au lait de coco

Saviez-vous que Steve Buscemi était pompier de New York au début des années 80 ? Juste après les attentats du 11 septembre, il est retourné à son ancienne caserne et s’est porté volontaire pour rechercher les corps des victimes. Vous voyez le genre de mec.

Sinon, mon nouveau Tumblr préféré. Le Tumblr des amitiés inter-espèces.

Bon, ça y a y est, il caille clairement, j’ai ressorti ma parka et mes bottes fourrées, j’ai le bout du nez froid en permanence. Conséquence : SOUPES.

Pour un nombre indéterminé de bols (ça dépend de vos quantités)(vous ne pouvez pas vous tromper, c’est une soupe) :

Les feuilles de votre chou-fleur (moi j’en avais plein), le pied-cœur (ce qui reste quand on a coupé les bouquets quoi), et quelques bouquets
Quelques grosses feuilles de chou vert frisé
Les feuilles d’une laitue qui fait la tronche (facultatif, si vous n’avez pas de laitue qui fait la tronche)
Du lait de coco (j’en ai mis environ 50 g, ajustez selon votre goût et la quantité de légumes)
1 petite cuillère à café de pâte de curry vert (sans ça sera bon aussi mais c’est mortel avec)
De la coriandre fraîche (une petite poignée, plus ou moins selon votre amour pour la coriandre)
Du Shoyu pour saler (au goût )

- Coupez tout en morceaux, mettez dans une casserole, mettez de l’eau, couvrez.
- Laissez cuire le temps que tout soit ramolli (15- 20 minutes).
- Avec une écumoire , récupérez les légumes cuits, mettez-les dans votre blender, ajoutez de l’eau de cuisson petit à petit, et mixez.
- Ajoutez la pâte de curry vert, le Shoyu, le lait de coco, la coriandre, mixez.

Porridge d’avoine à la butternut, sirop d’érable et flocons de châtaigne

Ça fait longtemps, hein ? En plus je vous ai traumatisés avec mes smoothies aux fanes de navets et mes salades de betterave. Pour me faire pardonner :

J’ai envie d’acheter :
- Le journal intime de Sophie Tolstoï (apparemment elle balance assez sévèrement sur Léon, avec qui elle a eu 13 ENFANTS).
- L’Amérique au jour le jour : 1947, de Simone de Beauvoir : c’est parce que j’ai hyper envie de faire un road-trip aux États-Unis (d’ailleurs j’aimerais profiter de cette occasion pour proclamer ma haine envers les gens qui parlent de « road-movie » quand il ne s’agit pas d’un film, mais d’un roman ou d’une bande-dessinée).

Sinon je re-regarde 24 en ce moment, et j’avais oublié à quel point Kim Bauer était une petite écervelée insupportable. J’ai envie de la gifler. La première fois que j’ai vu cette série, j’habitais encore dans mon petit studio sur la Butte aux Cailles, et j’allais louer les DVD à la machine (genre distributeur Vidéo Futur mais avec moins de choix). J’étais tellement à fond que je me souviens être allée rendre un DVD juste terminé à 2 heures du matin en pyjama pour l’échanger contre le suivant, l’attente étant à ce point insoutenable (gardez bien en tête que je vous parle ici de la même personne qui parfois préfère avoir soif pendant une heure plutôt que de se lever pour aller chercher un verre d’eau).

Bon. Donc l’automne est revenu, et avec lui ses courges douces et merveilleuses. Je les ai toujours préférées en version sucrée, même si en soupe c’est aussi de la pure régalade. Ce porridge (qui n’en est pas vraiment un officiellement je pense) est délicieux, ultra réconfortant et super simple à faire. Pensez juste à mettre l’avoine à tremper avant d’aller vous coucher. Le lendemain, elle sera assez ramollie pour faire une délicieuse crème toute douce.

Pour un porridge-doudou :

50 g d’avoine décortiquée (ça se trouve en magasin bio)
110 g de butternut déjà cuite
1 cuillère à soupe de lait végétal de votre choix (ou d’eau)
1 datte medjool (ou 2 Deglet Nour)
Quelques amandes
Quelques raisins secs (mon dieu je vous ai pas dit : J’ADORE les raisins secs maintenant)
Des flocons de châtaigne toastés (vous trouverez ça aussi en magasin bio)
Du sirop d’érable en veux-tu en voilà
Une pomme (ou un autre fruit de votre choix, mais je trouve que la pomme marche hyper bien avec le reste)
Si vous voulez : un tout petit peu de sésame

- La veille, mettez l’avoine à tremper dans de l’eau fraiche. Le lendemain, égouttez, et rincez bien.
- Dans votre blender, votre mixeur, ce que vous avez comme appareil, mettez : l’avoine, la butternut, la datte. Mixez. Si vous voulez rendre la crème plus fluide ajoutez un peu de lait végétal.
- Versez dans un bol, puis ajoutez la pomme coupée en petits morceaux, les amandes concassées grossièrement (ou pas), les flocons de châtaigne (bien croquants), les raisins secs et arrosez de sirop d’érable. Saupoudrez d’un peu de sésame, éventuellement.
- Régalez vous et ayez hâte d’être demain pour refaire la même chose. Bisous.

Smoothie vert aux fanes de navets

Bon alors donc, j’étais en Israël, chez ma mère.

Source de l’image : Bang It Out

Elle vit à Ashdod, au sud de Tel-Aviv, dans un quartier où les 3/4 des habitants sont des français qui, comme elle, ont décidé qu’ils ne se sentaient pas en sécurité en France. Ah ça, Israël est BIEN PLUS CALME : vous savez, la sirène du premier mercredi du mois ? Bin je l’ai vécue en direct là-bas, sauf que c’était parce qu’une roquette allait tomber sur la ville, et qu’on avait 45 secondes pour se mettre à l’abri. SYMPA. Il s’est avéré après coup que c’était une fausse alerte, mais pendant 5 minutes, c’était bien flippant (ça ne m’a pas empêché de courir dans la chambre forte avec ma pita fourrée de crudités et de houmous dans la main)(je suis pathétique).

Cette semaine, en plus de cette démonstration par l’exemple de mes priorités dans la vie, il y a eu :
- la grande plage déserte et les maîtres-nageurs qui te crient dessus quand tu vas trop loin dans la mer,
- les petits-dejs de tomates cerises, de mini concombres et de poivrons délicieux coupés en tout petits dés,
- le fourmillant marché de Ramla, ses jus de grenade fraiche, ses olives qui sentent trop bon et ses pitas brûlantes parce qu’elles sortent tout juste du four,
- les dattes Medjool et les mangues comme s’il en pleuvait,
- les premières vacances avec mon frère en 15 ans et donc beaucoup de blagues de pets (les meilleures), et de conversations cocasses sur le caca,
- la musique israélienne à fond à la radio dans la voiture (j’ai encore envie de mourir par noyade en y repensant : POURQUOI cet amour du synthé ?).

Il y a eu aussi ma découverte de l’huile d’avocat. Ma mère en met dans ses salades, moi j’ai eu l’idée de génie de m’en tartiner le visage, pour voir. Hé bien grand bien m’en a pris : c’est devenu ma « crème de jour ». Elle pénètre tout de suite, ne laisse pas la peau grasse du tout, et hydrate sur la durée (si je saute un jour ma peau est encore toute douce). J’en suis encore toute retournée, pourquoi personne ne m’avait rien dit ?

Sinon en ce moment, vous avez dû le constater, je suis pas mal dans le cru, et je me suis lancée dans les smoothies verts, le matin.

Vous voyez comme j’ai mis ma paille de blogueuse de cuisine pour vous amadouer ?

J’ai du bol, j’habite à deux pas du 104, à Paris, où se tient toute l’année, le samedi matin entre 11h et 14h, un marché de petits producteurs de fruits et de légumes bio d’Ile de France. Donc hier, j’ai ramené tout un tas de trucs dont : une botte de betteraves, une botte de navets, et une botte de carottes. Et qui dit botte, dit fanes. Et vous ne savez pas quoi faire de vos fanes ? Hé bien mettez les dans vos smoothies verts, elles vous apporteront plein de bonnes choses.

Là, j’ai fait un super smoothie avec des fanes de navet. Elles sont hyper riches en vitamine C, A, en calcium, en magnésium, en phosphore, et en acide folique.
Si vous croyez que je vous vois pas faire la tronche. Honnêtement, j’avais un peu peur, moi aussi, mais c’est HYPER bon, mélangé avec les fruits c’est tout frais et sucré, c’est une super façon de commencer la journée.

Pour un verre :

- Mettez dans votre blender  :
Une grosse poignée de fanes de navets (crues évidemment) (j’ai un Vitamix donc j’ai mis les tiges avec, je ne sais pas ce que peut supporter votre blender)
Une banane (congelée si vous avez)
Une orange pelée
Une pincée de vanille en poudre
Éventuellement quelques glaçons si vous voulez un smoothie ultra frais
Si vous voulez sucrer encore plus : une datte medjool, ou de la pâte de dattes (j’en ai pas mis)
Un peu d’eau, à ajuster petit à petit
- Mixez. Mmm voilà.